MARDI 22 MAI 2012 à 20 H - conférence-débat
À la Fédération des Associations Culturelles, 18, rue d'Alsace à Mulhouse (derrière le Diaconat, près du Marché)

L'association KRITIKOS poursuit son cycle de conférences-débats, invitant à la réflexion sur les effets de l’emprise croissante de l’idéologie de l’économie néolibérale, ainsi que sur les moyens d'y résister.

Entrée : 3€ / Etudiants, chômeurs : 1 €

°°°°
Notre invité sera Alain BIHR, Professeur émérite de Sociologie.
Ses publications et ses travaux ont porté, entre autres, sur le socialisme, le mouvement ouvrier et le capitalisme, ainsi que sur l’extrême droite et le négationnisme.

Dernières publications :
La Novlangue néolibérale, la rhétorique du fétichisme capitaliste, Lausanne, Éditions Page deux, 2007
Le Système des inégalités, Paris, La Découverte, 2008, avec Roland Pfefferkorn
La Logique méconnue du Capital, Lausanne, Éditions Page deux, 2010

Il interviendra sur le thème : Le processus d’assujettissement des individus aujourd’hui
Un étrange destin semble frapper l'individu occidental : sommé d'être absolument libre, il se sent en tous points dans les fers ! Chacun peut ressentir cet étrange paradoxe, d'une part, de l'exigence d'une indépendance, d'une autonomie personnelle totale et, d'autre part, du poids d'une dépendance impersonnelle de plus en plus forte.
Il s’agit pour chacun de se considérer comme autonome et d’agir en conséquence … c’est-à-dire d’assumer par lui-même, tout en rompant plus ou moins volontairement avec les liens traditionnels, l’ensemble des injonctions des politiques néolibérales, comme par exemple : les exigences d’adaptation constante (flexibilité, précarité) ou la réduction de la matière même du travail, moulinée dans des protocoles serrés des tâches, qui tous azimuts, transforment celui qui œuvre en simple administrateur de règles édictées ailleurs.
Pour Alain Bihr, l'époque actuelle voit ce paradoxe se radicaliser, il se propose de l'analyser en partant des propositions de Marx concernant les notions d'aliénation et de contradiction des rapports de production, dont il estime qu'elles n'ont pas suffisamment été explorées, dans ce contexte, en dépit de leur possible fécondité.
Ainsi il s'agira de repérer la logique, au sein du mouvement du capitalisme, de ce processus d'assujettissement des individus mais aussi d'en cerner la nouveauté et l'actualité à travers la description de ce sujet si particulier devenu autoréférentiel et contraint de se penser et d'agir comme véritable entrepreneur de lui-même.
Nous vous invitons à venir débattre de cette question et de bien d’autres au cours de cette soirée. Ces informations peuvent être largement diffusées et nous vous en remercions.